L'histoire de World of Warcraft pour les nuls!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'histoire de World of Warcraft pour les nuls!

Message  Heavel le Jeu 13 Jan - 18:30

Introduction


Comme disait Shakespeare dans « Othello » : « Quand les démons veulent produire les forfaits les plus noirs, ils les présentent d'abord sous des dehors célestes. » Bien que je n’aie jamais rien lu de l’écrivain anglais à part « Picsou Magazine », je me suis dit que ça ferait bien de commencer par une citation d’intello que vous pourriez recaser dans vos raids, ou vos cocktails ministériels. Pour le reste, vous avez bien sûr immédiatement capté que je comptais vous parler de la Légion ardente, cette gigantesque armée démoniaque qui ravage l’univers dès qu’elle a cinq minutes à tuer.

Les joyeux drilles de la Légion ne vous sont sûrement pas inconnus, puisque si vous me lisez vous avez déjà pu les croiser dans certains articles comme ceux consacrés à Azshara, Frostmourne ou Karazhan. N’ayant pas non plus la prétention d’être votre seule source d’information sur le sujet, je vous fiche surtout mon billet* que vous connaissez nos copains les démons grâce aux excellentes campagnes de Warcraft III, et aux diverses missions et rencontres de WoW. Peut-être même que certains d’entre vous sont aussi férus que moi des romans sur l’univers de Warcraft, et auront eu l’occasion de croiser un peu plus que les autres zeu burningue laigione.

Ça c'est la Légion, mais juste à BC

Au-delà de toutes ces sources, que vous connaissiez bien ou pas la Légion, trois éléments vous viendront assurément en tête lorsqu’on l’évoque : les démons, Sargeras et des gangre-choses darkcorrompues. Les premiers seront vos interlocuteurs privilégiés sur Azeroth ; le second la présence tutélaire, aussi visible que Sauron, dont tout le monde parle, mais que personne ne voit ; enfin le dernier élément est un running gag dont je raffole depuis la sortie de « Burning Crusade » et sa manie de tout cuisiner à la sauce corrompue avec des noms n’ayant rien à envier à ceux des monstres uniques dans Diablo II. Tout cela et bien plus encore, nous allons à présent le voir en nous penchant de plus près sur l’histoire de la Légion ardente.


I – La genèse d'une armée


Sargeras, le titan noir qui aurait besoin de LexomilIl y a plus de 150 000 ans, dans le vide intersidéral du Néant distordu, des êtres de métal et de feu allaient de monde en monde, afin de les ordonner et mettre un terme au chaos régnant sur chaque planète. Dirigés par ce qu’on appelle « le Pantheon », les Titans poursuivaient sans relâche leur grand œuvre d’ordonnancement. Champion de ce Panthéon, Sargeras était celui qui avait été choisi pour défendre la création des Titans face aux maux insondables répandus dans le Néant. Ces créatures infâmes, aussi diverses que maléfiques, dont la laideur égale une collection de vêtements de chez Jean-Paul Gaultier, et qui sont aussi répandues aux quatre coins du cosmos que des cafards dans un restaurant parisien, n’étaient autres que les démons. Inlassablement, Sargeras le Titan défenseur de la Lumière et de l’ordre s’opposa à ces êtres, les tuant ou les emprisonnant.

Avant d’aller plus loin, je tiens à préciser qu’intervient ici la main de Dieu (aussi connu sous le nom de Chris Metzen, grand manitou du Lore de WoW). Pour la sortie de Burning Crusade a été effectué ce qui s’appelle une retcon (retroactive continuity), c'est-à-dire un changement de l’histoire a posteriori, délice très apprécié des puristes du RP qui doivent remettre leurs fiches à jour avant d’aller crâner dans leur cercle d’érudits poussiéreux.

Ça fait bordélique comme ça, mais c'est d'une efficacité redoutable

Initialement, lors d’une de ses ballades dans l’univers, Sargeras croisa le chemin des Nathrezims. Ces démons ailés, dont Varimathras ou Balnazzar sont des représentants, essayèrent évidemment de résister avec hargne, mais furent néanmoins vaincus par le titan. Toutefois, ils avaient semé le trouble dans l’esprit de Sargeras. Le Titan se demanda comment des êtres pouvaient être d’une telle noirceur et représenter un mal si parfait. À force de se questionner et d’y réfléchir, Sargeras devint comme fou. Il abjura* la mission du Panthéon, ayant à présent pour seul but de ne causer que le chaos et la destruction de ce que ses semblables avaient fait. Désormais, il irait de monde en monde pour défaire leur travail accompli dans le cosmos. Libérant tous les démons qu’il avait emprisonnés, il en fit son armée, animé par cet ultime but de destruction. Ainsi naquit la légion ardente.

La nouvelle genèse de cette histoire est légèrement différente. La légende veut qu’en 2006, en pleine préparation de Burning Crusade, Blizzard ait dû abandonner l’idée de faire rejoindre aux Pandarens les rangs de l’Alliance sous la pression des Chinois, une loi interdisant de véhiculer des images martyrisées de ces sympathiques animaux plus très nombreux. Alors que le travail était déjà bien avancé, Blizzard du revoir ses plans, et trouver une nouvelle race pour l’Alliance. Ce fut donc celle des Draeneïs qui fut choisie. Ces êtres avaient déjà été croisés dans la campagne de Frozen Throne ou bien au Marais des chagrins. Toutefois, le Lore ne collait plus tellement à ce que le studio californien voulait faire et Blizzard dut donc procéder à une de ces fameuses retcons.

Archimonde, un érédar aussi souriant qu'aimableDans la version 2.0 de l’origine de la Légion, Sargeras déjà devenu le Titan noir arrive sur Argus, et y rencontre les puissants Eredars qui ont de puissantes affinités avec la magie. Leur faisant une proposition qu’on ne peut pas refuser, il leur promet de larges pouvoirs s’ils acceptent de se mettre à son service. Cette proposition est faite aux trois chefs érédars : Archimonde, Kil’Jaeden et Velen. Seul ce dernier aura une vision du noir avenir que leur réservera Sargeras à coups de destructions et de dévastation de planètes entières. Velen et ses suivants quitteront Argus pour devenir les Draeneïs, qui s’installeront sur le monde des Orcs. Les Eredars restants se mettront à la solde de Sargeras, et deviendront ses troupes de commandement, au point qu’Archimonde et Kil’jaeden deviendront les deux plus proches lieutenants de l’ancien Champion du Panthéon.

Dans tous les cas, la Légion fut créée et elle commença alors son travail de dévastation à travers l’univers. Attirée par les sources d’énergie intenses et puissantes, elle se rua sur bien des mondes pour les dévorer et les passer par les flammes. Massacrant leurs habitants ou embrigadant certaines races dans ses armées. Des millénaires durant, Sargeras et sa Légion menèrent une guerre incessante contre l’ordre établi par le Panthéon. Des millénaires durant, le Titan noir mena ce que l’on appela : la Croisade ardente (Burning crusade).


II – Les premières invasions d'Azeroth


Azeroth et la Légion ardente c’est un peu « Je t’aime. Moi non plus » à cause de toutes les tentatives d’invasion qu’aura perpétré l’armée démoniaque sur le monde de Warcraft. La première eut lieu il y a dix mille ans de cela, au cours de la Guerre des Anciens. Attiré par l’usage sans limites que firent les Elfes de la Nuit des eaux magiques du Puits d’Éternité, Sargeras posa son œil sur ce monde, avant de vouloir y poser ses panards. Peu à peu il dépêcha des troupes de plus en plus nombreuses et puissantes afin de prendre pied sur cette nouvelle victime où l’œuvre des Titans devait être détruite. Au final son invasion échoua, contrecarrée par les Elfes de la Nuit, les dragons, les Anciens et les envoyés du futur que furent Rhonin, Krasus et Broxxigar. À la fin du Conflit, Sargeras était pourtant sur le point d’arriver sur Azeroth. Le portail nécessaire à son invocation ayant été ouvert, le seigneur démon avait commencé son ascension, avant que le Puits d’éternité ne s’effondre sur lui en explosant, le renvoyant dans l’obscurité du Néant. L’issue de cette guerre détruisit aussi le Puits d’Éternité, et brisa en trois le continent originel de Kalimdor, créant aussi le Maelström à l’emplacement d’origine du Puits.

C'est ce qui arrive si vous n'utilisez pas Viakal dans vos canalisations

Retenant les leçons du passé, les habitants d’Azeroth créèrent un ordre puissant chargé de protéger leur monde de la Légion. Le Conseil de Tirisfal, redoutable assemblée de magiciens, plaça en son champion d’énormes pouvoirs afin de lutter contre les démons qui menaceraient l’avenir d’Azeroth. Ce champion appelé le « Gardien », avait pour mission première de lutter contre la Légion si celle-ci devait réapparaître.

Neuf mille ans après la Guerre des Anciens, Sargeras décida de remettre le couvert et de débarquer de nouveau en Azeroth. Malin, le Titan noir avait bien remarqué qu’avec un tel protecteur, l’invasion serait moins aisée que sur un monde sans défenses, et impréparé. Le Gardien d’alors n’était autre que la mère de Medivh, Aegwynn, et elle veillait avec la plus grande vigilance. Aussi puissante que fût Aegwynn, elle n’en demeurait pas moins faillible, et tomba la tête la première dans le piège que le maître de la Légion lui tendit.

Aegwynn vs Sargeras. Round two. FIGHT !

Sachant pertinemment que toute arrivée de démon serait très vite détectée, Sargeras, envoya une armée en Norfendre s’en prendre à des dragons. Ni une ni deux, telle Julie Lescaut, la Gardienne arriva sur place pour prêter assistance aux sauriens et réduisit l’armée de démons à néant, avant de trouver la faille dimensionnelle d’où étaient arrivées les horreurs démoniaques. Utilisant ce portail, Sargeras fit apparaître un avatar physique de lui-même sur Azeroth, auquel il lia un fragment de son âme. Aegwynn, n’ayant pas froid aux yeux, et ignorant tout du subterfuge, attaqua sans hésiter le titan noir qu’elle parvint à vaincre. Le corps défait du Titan laissa s’échapper le fragment de son âme qui vint se nicher dans le corps de la Gardienne, qui ne se douta de rien, et où il resta en « sommeil » pendant des années. Cette dernière plaça la dépouille de l’avatar de Sargeras dans une tombe sous-marine près du Maelström, afin que la corruption répandue ne puisse ni affecter, ni attirer facilement quiconque.

Les années passèrent et Aegwynn, forte de son orgueil et lasse des luttes de pouvoir chez les Gardiens de Tirisfal, décida de nommer elle-même son successeur, passant outre la décision collégiale du conseil. Elle ne trouva rien de mieux que de voir son propre enfant prendre sa succession. Lorsqu’elle conçut Medivh, l’âme de Sargeras vint se loger dans le corps du futur Gardien, et elle saurait se réveiller le moment venu pour faire chuter Azeroth.


III – Les Seconde et Troisième Guerre

Medivh, le gardien schizo qui se prend pour un oiseauEn plus d’être un gros vicieux, Sargeras était aussi très patient, et puis après tout qu’est la patience lorsque l’on est éternel ? Décidant de faire faire par d’autres ce qu’elle avait échoué à faire des millénaires avant, la Légion se chercha un nouveau bras armé. Recrutant sans cesse de nouvelles races, afin de garnir ses rangs de créatures aux compétences très utiles, l’armée démoniaque grandissait sans cesse. C’était là le travail de Kil’Jaeden. Si Archimonde secondait Sargeras et menait les offensives militaires, Kil’Jaeden préparait les plans, ourdissait les complots et manipulait les êtres. C’est lui qui permit la corruption des Orcs sur Draenor, le massacre des Draeneïs, et qui permit la mise sur pied d’une Horde sanguinaire et démoniaque.

Il y a un peu plus de trente ans, Medivh et Gul’dan prirent contact et décidèrent que les Orcs quitteraient leur monde aride, et usé par la guerre pour pénétrer sur Azeroth. Contrôlé par Sargeras, le dernier Gardien ouvrit la Porte des Ténèbres aux Morasses noires, et déclencha ainsi la Première Guerre qui vit le déferlement des Orcs et de leurs alliés sur les royaumes de l’Est. Des années de conflit et de péripéties plus tard, la Horde fut néanmoins vaincue et l’invasion préparée en sous-main par la Légion échoua. De plus, Medivh avait été tué, et Sargeras supposé mort. Tout semblait rentré dans l’ordre pour le monde d’Azeroth.

Malheureusement pour lui, Kil’Jaeden et Archimonde étaient encore à la manœuvre. Avec l’aide des puissants Nathrezims le premier créa le Roi Liche et le Fléau, tandis que le second mena les armées au combat, une fois que le Fléau mort-vivant, nouveau bras armé de la Légion, ait pu l’invoquer. Ce n’est que grâce à l’alliance de toutes les races mortelles que la Légion fut vaincue, après que les Elfes de la Nuit ne sacrifient leur immortalité. Le Fléau, quant à lui, perdura, et une guerre intestine s’engagea pour son contrôle entre le Roi Liche et son champion Arthas d’un côté, et les Seigneur de l’Effroi de la Légion de l’autre. L’Alliance d’Arthas et de Nerz’hul triompha finalement et la les démons perdirent leur force la plus conséquente sur Azeroth.

Kil'Jaeden, le n°3 de la Légion très apprécié par les entreprises de BTP qui ne connaissent pas la crise grâce à lui

Ils tentèrent bien de garder la main par le biais des machinations retorses des Nathrezims avec Sylvanas, ou par le biais de l’ordre fantoche de la Croisade écarlate, mais les forces de la Légion ne demeurèrent plus que des groupes épars, disséminés à la surface d’Azeroth, sans plus grande force d’importance.


IV – Après la Troisième Guerre

Sargeras disparu, Archimonde mort, ses forces armées en déliquescence, on aurait pu penser que la Légion avait eu son compte et qu’elle aurait préféré panser ses blessures ou attaquer proie plus faible. Il n’en a rien été. Si des milliers de démons ont bien été tués, des millions, voire des milliards d’autres subsistaient encore, pullulant dans le Néant, au service de celui qui commandait cette armée démoniaque. Même privé de ses deux chefs les plus emblématiques, Kil’Jaeden, l’Érédar retors restait en place, prêt à laver l’affront subit et à tenter de cueillir un fruit qu’il pensait mûr.

Kael'Thas et ses sbires. Une fois dans l'instance ça fait moins casino que sur cette image

Après avoir échoué à contrer l’émancipation du Roi Liche par le truchement d’Illidan, l’Érédar que l’on surnomme le Trompeur s’est vite trouvé un nouvel allié local en la personne du Prince Kael’Thas. Prêt à tout pour sauver son peuple, l’Elfe de Sang, à l’esprit déjà altéré par l’absorption répétée d’énergie démoniaque, décida de conclure cette Alliance impie pour assurer aux Elfes de Sang une place de choix dans un nouvel ordre azerothien dicté par la Légion. En tant que principaux auxiliaires des démons pour cette énième invasion du monde, ils seraient les plus grands bénéficiaires de cette nouvelle donne. Les Sin’Doreis ne seraient d’ailleurs pas la première race intégrée à la Légion à bénéficier de ses largesses.

Le plan de Kael fut donc de récolter toute l’énergie possible aux manaforges de Raz-du-Néant afin d’utiliser le Puits de Soleil ré-énergisé comme portail permettant la venue de Kil’Jaeden et ses puissantes armées sur Azeroth. Là encore, la Légion échouera, grâce aux héros de l’Alliance et de la Horde qui prêtèrent main-forte aux forces du Soleil brisé menées par les Naarus. Cette dernière tentative semblait être la plus significative pour la Légion de reprendre pied en notre monde. Pourtant l’avenir réservait encore quelques surprises.

Un Seigneur de l'Effroi. Race ainsi nommée à cause des rouflaquettes horribles qu'ils arborentTrente-deux ans après le début de la Première Guerre et un an avant le Cataclysme, Varimathras, le Seigneur de l’Effroi que l’on pensait être l’allié de Sylvanas (sans trop se leurrer quand même), mena une insurrection à Undercity avec l’aide du Grand Apothicaire Putrescin. Cette révolte mena à la tragédie du Portail du Courroux, qui rouvrit les hostilités entre l’Alliance et la Horde, et qui permit aussi aux séditieux de contrôler la capitale réprouvée. Ce qui, a priori, ressemblait à un banal coup d’État avait en réalité des objectifs encore moins avouables. Lorsque l’on prenait part à la Bataille pour Undercity du côté de la Horde, on trouvait Varimathras en train d’ouvrir de nombreux portails pour les démons. Il parlait d’un « Maître » qui était proche, et d’un plan qui avait nécessité des années de préparation. Il s’avérera que ce « maître » n’était autre que Sargeras, et qu’il ne pardonna visiblement pas à Varimathras d’avoir échoué.

Il est peu probable que le Nathrezim ait tenté d’invoquer directement le Titan noir, l’énergie nécessaire étant trop conséquente. Il est toutefois possible qu’il ait tenté de faire comme au temps de la Guerre des Anciens, en invoquant à chaque fois des démons de plus en plus nombreux et puissants, avec pour but ultime la venue de Sargeras. Comme tous les Seigneurs de l’Effroi, Varimathras ne pouvait mourir s’il était tué, il retourna simplement dans le Néant, où il rejoignit sûrement ses frères Balnazaar, Detheroc, et où Kil’Jaeden avait déjà été chassé deux ans auparavant. Il y a aussi de fortes chances que Sargeras ait passé ses nerfs sur ses lieutenants, tous incapables de réussir, là où, lui-même avait échoué après tout.

Beaucoup de joueurs sont familiers avec les semelles de ce robot de la Légion


Conclusion

Quel sera l’avenir de la Légion ardente ? Une chose est sûre, nous la recroiserons de nouveau dans le futur… et dans le passé. Le raid dédié à la Guerre des Anciens aux Grottes du Temps nous confrontera inévitablement à des démons, et ce sera l’occasion de nous rappeler la belle époque où Archimonde était encore vivant et où les Érédars faisaient peur.

Quant au futur, avec le fait que Sargeras ne soit pas mort mais bien vivant, on se doute bien qu’il n’a pas été ressorti de son placard pour faire de la figuration. Généralement les discussions tournant autour évoquent le fait qu’il soit le boss ultime de WoW, dans quelques extensions, quand nous serons au niveau 100, en sets T 25 et que nous nous retrouverons sur le monde-mère de la Légion.

Tout ceci n’est que pure spéculation, ce genre de considérations évoluant au gré des nécessités du gameplay de World of Warcraft. Et d’ici à ce que nous affrontions Sargeras, si tant est que cela arrive un jour, nous aurons sûrement une nouvelle invasion d’Azeroth par la Légion à laquelle il faudra faire face. En attendant, les millions de démons grouillant dans le Néant distordu attendent patiemment de se jeter sur un autre monde sans défense. Titan noir ou pas pour les commander, les démons, eux, existeront toujours.

Topic original: http://www.millenium.org/wow/accueil/guides/l-histoire-de-l-armee-demoniaque-sargeras-et-la-legion-ardente-40111?page=1

Heavel
Admin

Messages : 173
Date d'inscription : 28/10/2010

http://just-for-fun.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum